Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Photo : un autoportrait ‘ubiquitaire’ comme un manifeste anti-chronophotographique : les huit Clones anachroniques.

Les 8 clones virtuels du photographe apparaissent en omniprésence temporelle improbable, pour décrire aussi justement que possible un monde impossible. Le personnage, en plus d’être photographe derrière l’objectif, apparaît 8 fois à l’image en vue directe, 6 fois en vue indirecte et 3 fois en vue indirecte d’une autre vue indirecte. Ces différents degrés sont imbriqués chronologiquement de façon réaliste et cohérente sur la même image, afin de la rendre totalement anachronique.

A l’image des célèbres impossibilités géométrique de Maurits Cornelis Escher, c’est ici un décalage dans le temps, et non dans l’espace, qui décrit un monde impossible et totalement improbable, tout en paraissant pourtant totalement cohérent.
Infographie en trompe l’œil et surtout en trompe l’esprit : les clones partagent certaines actions (par ex l’un d’eux sert un verre de vin à l’autre) leurs ombres portées et leurs reflets dans les miroirs ou sur la table en verre s’associent dans la pièce d’une manière impossible pour confirmer indirectement l’anachronisme de la vue directe.
Pour plus de confusion, les ombres et les reflets sur la table créent une image virtuelle impossible, qui se superpose par transparence aux personnages réels… Mais puisqu’ils sont eux aussi impossibles, peut-on vraiment parler de personnages réels ?

Et d’une façon plus générale, à votre avis, quel crédit faut-il encore accorder aujourd’hui à l’image ?

Mon conseil : ouvrez bien les yeux…

PS : dans le coin en haut à gauche, au dessus de l’épaule droite du buveur, vous pouvez voir le reflet du photographe en plein travail dans le du miroir.
Réalité ou virtualité ?

Prises de vue et compositing 2010, Domaine de Physiopolis, île du Platais, 78670 Villennes-sur-Seine, France.

Voir aussi : cours d’infographie